Lily Wang, notre nouvelle china girl

Retour à la case départ pour ce restaurant discret du 7ème. Après deux saisons d’errances, il redevient ce qu’il a toujours été: un restaurant chinois ! Ce n’est plus les Délices de Sichuan, un peu décati et pas très aimable, mais Lily Wang, une incursion de Jean Louis Costes dans la sphère asiatique.

Rassurez vous, ce ne sont pas les prémices d’un Costes Russe, puis Italien ou Libanais mais plus simplement une envie d’aller au bout d’une idée, d’un concept, pour celui qui nous a quand même déjà servi des milliers de Tigres qui Pleurent et de Nems Poulet-Basilic Thaï. Derrière ces fameuses Costeries épicées que l’on dévorent depuis 10 ans, il y a un cuisinier très talentueux, Régis Finot. On lui doit la fameuse sauce Tom Yam, l’excellent Cambogia des années 90 et plus récemment le Ginger dans le Triangle d’or.

Cette fois ci, il a conçu une carte assez courte, aussi accessible qu’efficace, et qui fait mouche à chaque plat: petites huitres ciboule-gingembre pour s’ouvrir l’appétit, des raviolis « Shanghai Jian Jiao » avec un
petit clin d’œil franchouillard audacieux (un peu de Morteau dedans), un bouillon à la badiane (servi avec le cabillaud vapeur) qui est un voyage à lui tout seul, des Cèpes ail et piment comme si ils venaient d’être cueillis et poêlées, ou un porc mijoté caramel coco qui va vite devenir un nouveau classique chez Costes.

Ensemble, ils ont imaginé le Shanghai de l’après guerre et ont demandé à Jacques Garcia de le leur fabriquer. Le résultat est un peu caricatural, à mi chemin entre l’imagerie d’Hergé et de Disney, mais on reconnait immédiatement la touche glamour et sophistiquée du tandem : une ambiance tamisée, légèrement décadente et sulfureuse, qui rend ravissantes toutes les China Girl et toutes les Mademoiselle Cheng.

Avec Lily Wang, aller au restaurant chinois devient terriblement festif et sensuel.

Lily Wang, 40 Avenue Duquesne, 75007 Paris, 01 53 86 09 09
www.lilywangparis.com

Détails :
– Circonstances : Au plus tard le 3 Février pour le nouvel an chinois.
– Prix : 50-60 euros
– Midi ou soir : Restaurant de quartier à midi ; mérite de traverser Paris le soir.
– Tables : Formats Costes ; assez basses, serrées et déstructurées.
– Voiturier : oui
– Réserver : Evidemment
– Si c’est complet : L’Esplanade, de l’autre coté des Invalides, pour rester chez Costes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *