Mars – Avril au régime

Grosse panne de blog en mars-avril pour cause de régime et de baisse de cholestérol afin de mieux plaire aux banques prêteuses. Pas le coeur aux découvertes gastronomiques et encore moins aux beaux flacons. Évidemment, il faut toujours quelques exceptions pour confirmer une règle…de conduite. En voici le résumé…

Jaja a été le premier de cette période « raisonnable ». Nous sommes quelques jours avant l’affaire Galliano et il est justement assis à la table d’à coté dans un look et un état assez proche de ce qu’on a pu lire et voir sur internet.

Dans l’assiette, une cuisine intéressante, bien exécutée mais sans grande innovation. De la bistronomie comme on en mange dans une petite cinquantaine d’endroits a Paris. Service adorable, excellente carte des vins et jolie terrasse feront peut-être plus pour le succès de l’endroit que la cuisine en elle même.

Dans un registre assez proche mais avec un vrai supplément d’âme dans l’assiette, il y a eu un délicieux déjeuner au Pantruche. En quelques jours, c’est devenu la cantine des esprits brillants du 9ème arrondissement. Denis Jeambar a une table, Jean Claude Carriere en a une autre, un grand patron du e-commerce une troisième. On a envie de tout prendre sur l’ardoise, l’équipe est affutée et les vins aussi. J’ai vraiment regretté ce jour là de ne pas pouvoir me lâcher.

Deux autres bonnes adresses mais qui ne méritent pas quand même de traverser Paris pour les tester:

Le Bistral, dont j’avais entendu beaucoup de bien et notamment un nouveau chef japonais qui avait réinventé la carte. En fait, assez peu, voir pas d’influences asiatiques du tout dans les plats et donc une ardoise assez banale au final. Très bonne sélection de vins proposée par un patron un peu rustre et un rapport qualité / prix qui peut mieux faire.

Hier et Aujourd’hui, du côté de la porte d’Asnières, bien caché au bout de la rue de Saussure, presque introuvable. Bon signe, c’est plein un lundi soir en pleine vacances de Pâques avec une grosse clientèle d’habitués bobos du quartier. Rebelotte, une ardoise (ils ont tous des ardoises maintenant!) alléchante et un résultat sympathique, gentil mais pas vraiment élaboré. Une cuisine familiale de bonne facture mais pas de quoi prendre des notes ou faire une photo de l’assiette.

Deux frissons gastronomiques quand même pendant la période:

Un diner chez Kei, quelques jours après l’ouverture, dans un décor immaculé de peinture blanche et fraiche. Une expérience gustative raffinée mais pas toujours aboutie et concluante. C’est toujours très élégant, assez fleurie, parfaitement cuit et dressé, mais l’émotion en bouche ne marche pas à tous les coups. Une deuxième tentative est nécessaire. En revanche, le mélange de sa cuisine, du lieu et de l’équipe de Gerard Besson donne une ambiance étonnante un peu genre Peter Greenaway. Tables très espacées, cuisine très minimaliste, brigade en smoking et vins décantés à la bougie et servis en aiguières. A filmer plus qu’à photographier.

La délivrance, le repas qui a permis d’oublier les efforts et les déceptions de la période, fut un déjeuner d’anthologie au Meurice. Je rêvais de déguster le menu « terroir parisien » après avoir dévoré le livre de cuisine du même nom (un chef d’oeuvre!) et je n’ai pas été déçu. En entrée, des grosses morilles cuites lentement en cocotte avec un peu de vin jaune. Une révélation, la découverte du vrai goût, de la véritable texture des morilles. Un riz de veau en plat qui m’ a réconcilié avec le produit, une composition autour de la carotte époustouflante, un panaché de desserts aériens….mais surtout le meilleur service de la capitale. Une équipe aussi sympathique que professionnelle, que les plus grands marques de luxe devraient venir observer en live. En dehors de l’Astrance, dans un autre format, seul le Meurice atteint un tel niveau de perfection.

Rien à voir avec le Plaza Athénée de Ducasse.

Jaja: 3 Rue Sainte-Croix de la Bretonnerie 75004 Paris

Le Pantruche: 3, rue Victor Massé, Paris 9e

Le Bistral: 80 rue Lemercier 75017

Hier et Aujourd’hui: 145 Rue de Saussure 75017 Paris

Kei: 5 rue Coq Héron 75001 Paris

Meurice: 228 Rue de Rivoli, 75001 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *