La Cuisine du Hipster

Elle ressemble à son client : originale mais pas toujours créative, décoiffée et parfois décoiffante, barbue mais pas barbante, propre sur elle sans être trop sophistiquée. Le jean vient d’APC et les Stan Smith de chez Colette, comme le beurre vient de Bordier ou le pain de chez Cherrier. Branchée et design mais aussi un peu brute et rêche comme le bois ou le métal de ses tables. Et elle est tellement cool qu’il serait ringard de pouvoir réserver.

Si ses valeurs (écolo, durable, locavore, voire alter-mondialiste…) sont toujours irréprochables, son goût final en bouche laisse parfois à désirer. Les sauces se font d’ailleurs un peu trop discrètes et peinent parfois à faire le lien, le liant, entre des ingrédients simplement séparés par un « / » (par exemple : bœuf/chou/raifort ou lotte/courge/poireau). C’est que la cuisine du Hipster s’interdit de faire des phrases et d’utiliser le verbe dans sa grammaire ; elle lui préfère une écriture en morse quand elle est ratée, en slam quand elle est réussie.

Du côté des liquides, le Hipster a le palais solidement accroché. Le café vient des meilleurs producteurs, de la plus belle machine et du plus mignon des baristas mais soyons honnêtes : il vous arrache la gorge. De même, le vin y est jeune, bio, nature, sans sulfate ou sulfite. Il vit, il fermente encore quand il arrive à table. Son vigneron est sympa -c’est un copain sûrement- mais il râpe et pique comme sa barbe de trois jours.

Le phénomène hipster étant à la fois une tendance sociétale et une cible marketing, il semble voué à durer et les restaurants qui lui ressemblent se démultiplient. Chaque jour une nouvelle cantine, un nouveau repaire pour hipsters ouvre quelque part entre les 9ème, 10ème ou 11ème arrondissements. Certaines sont des réussites à ne pas manquer, d’autres qui auront poussé le concept un peu trop loin sont à éviter.

Ma petite sélection en une quinzaine d’adresses, des bonnes et des moins bonnes :

Richer

A l’angle de « Hipster Street » (la rue du Faubourg Poissonnière ), Richer reste la meilleure cantine parisienne du Hipster… mais sans réservation (idem pour son petit frère du 52 Fbg St Denis). Un peu plus haut dans la rue, Abri et Albion sont également des valeurs sûres depuis quelques années.
2 Rue Richer, 75009 Paris

Abri : 92 Rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris – 01 83 97 00 00
Albion : 80 Rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris – 01 42 46 02 44

Richer

Septime

Le top du genre. Un grand chef chez les hipsters.
80 Rue de Charonne, 75011 Paris – 01 43 67 38 29

 

A Mère

… Ou plutôt  » A Éviter  » ! L’endroit est mal installé et mal éclairé. Quelques petites fulgurances culinaires mais une carte des vins pauvre.
49 Rue de l’Échiquier, 75010 Paris – 01 73 20 24 52

 

L’Entrée des Artistes

Bel endroit, bonne musique, bons cocktails, carte courte mais sincère, vins bios et chers… Mieux vaut y prendre l’apéro ou l’after et aller grignoter en face au Grand Hotel Pigalle, superbe réussite de Dorothée Meilichzon.
32 rue Victor Masse, 75009 Paris

Grand Hôtel Pigalle : 29 Rue Victor Masse, 75009 Paris – 01 85 73 12 00

 

Gare au Gorille

Une série de petites entrées incroyable et une très belle viande pour deux… mais une carte des vins qui laisse à désirer.
68 Rue des Dames, 75017 Paris – 01 42 94 24 02

Gare au Gorille

 

Roca

Grand chef, Carte courte mais redoutable. Salle pas très plaisante.
31 Rue Guillaume Tell, 75017 Paris – 01 47 64 86 04

 

Clown Bar

Formidables petites portions. Terrasse sympa.
114 Rue Amelot, 75011 Paris – 01 43 55 87 35

 

Le Bachaumont

Ici, le Hipster s’est un peu embourgeoisé, beaucoup Costéisé. Bien assis, éclairage parfait, ambiance New Yorkaise, nourritures de l’époque.
18 rue Bachaumont 7002 Paris – 01 81 66 47 10

 

Pierre Sang

Menu surprise avec des surprises bonnes et moins bonnes.
55 Rue Oberkampf, 75011 Paris – 09 67 31 96 80

 

Barbes

La grande surface du Hipster, le mass-market de la branchitude. C’est beau, brouillon et bruyant.
2 Boulevard Barbès, 75018 Paris – 01 42 64 52 23

 

Mordant

Une belle nouveauté rue Chabrol (Claude aurait adoré), avec notamment une grande table d’hôte à réserver.
61 Rue de Chabrol, 75010 Paris – 09 83 40 60 04

Mordant

 

Grand Cœur

Il y avait autrefois un tex-mex très sensuel et il y a toujours des cours de danse, dont on aperçoit quelques pointes à travers les fenêtres. Dans cette grande cour de la rue du Temple qui a vu passer depuis 40 ans deux générations de babas cool et de bobos avant l’invasion des hipsters, se déguste une cuisine du sud généreuse et originale. La grande réussite des derniers mois. Un lieu, une atmosphère, un décor, un grand chef et de l’ambition.
41 Rue du Temple, 75004 Paris – 01 58 28 18 90

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *